Présentation de l'association

fleche

En 1977, la Belgique est confrontée depuis quelques années à la crise économique qui fait suite au grand choc pétrolier. Après les années dites « dorées » les chiffres du chômage grimpent en flèche.

Les années 70, c’est aussi l’éclosion des idées alternatives dans la foulée de mai 68 : idées généreuses, utopiques qui porteront toute une génération vers des projets communautaires, « idéalistes » diront certains.

L’a.s.b.l. Le Piment est née en 1977, à l’initiative d’un groupe de chômeurs désireux de créer leur emploi dans un projet social communautaire.

Présentation de l'association

L’option des créateurs de l’association a été, dès le début, de s’implanter dans des quartiers où habitaient des populations défavorisées.

Il s’agissait d’offrir aux personnes des opportunités de se rencontrer, de découvrir les différentes cultures, de valoriser les talents de chacun et surtout de pouvoir développer des projets collectifs.

Suite à une analyse des besoins, Le Piment a développé des activités qui seront les piliers constituant une base permettant aux participants d’atteindre les objectifs fixés.

L’apprentissage du français oral, les cours d’alphabétisation et de formation de base ainsi que les activités visant à acquérir une vision critique de nos modèles économiques, sociaux et culturels ont dès lors constitué une base autour de laquelle la vie de l’association s’est organisée.

Très vite, plusieurs actions se sont ajoutées : des ateliers techniques (mécaniques, plomberie, électricité…) des animations sportives, culturelles, ainsi que des actions de rénovation urbaine.

Petit à petit, le travail se structure, l’équipe se soude, les projets s’affinent.

En 2001, obligé de quitter le bâtiment occupé à Saint-Josse, Le Piment déménage pour s’installer dans les locaux actuels : nouveaux horizons, nouvelles perspectives, nouvelles possibilités.

Aujourd’hui, Le Piment se définit comme un centre d’éducation permanente et de formation, lieu d’échanges et de rencontres interculturelles où les a priori font place au dialogue et où chaque culture peut exprimer toute sa richesse dans le respect et la tolérance de l’autre.

Les statuts de notre ASBL définissent notre objet social de manière large en y intégrant comme premier le concept de l’éducation permanente.

« Art.3- L’association a pour but la conception, la promotion et la réalisation d’activités d’éducation permanente et de formations diverses : alphabétisation, (pré)formation professionnelle, formation communautaire, intégration pluriculturelle, ainsi que toutes formes de formations et d’activités pouvant servir, même indirectement, à la réalisation de cet objet. »

  • Notre Charte …

    Dans la Charte de notre association on peut lire :

    « Le Piment prône : l’égalité des chances, la solidarité, le respect des différences, la lutte contre l’intolérance, le respect des droits de l’homme, la défense de la vie privée et l’encouragement de l’évolution des personnes »

    L’objectif de l’ensemble des activités développées par Le Piment est axé sur l’identité de la personne et sur son accès à une citoyenneté responsable, active et critique.

    Considérant la diversité et la particularité de notre public, il nous apparaît inadéquat de limiter nos préoccupations au seul axe de la formation et de l’acquisition des connaissances.

    Nous tentons de réaliser un travail de fond et un accompagnement visant à (re)socialiser la personne.

    Aux compétences de base nous voulons adjoindre des compétences transversales en termes de mobilisation, de responsabilisation, d’analyse, de participation, de raisonnement, d’organisation, compétences variées qui sont, selon nous, du domaine de l’éducation permanente et de la citoyenneté responsable.

    A l’origine, notre association organisait essentiellement des activités d’éducation permanente ayant pour objectif de permettre à l’individu de devenir un citoyen conscient et actif maîtrisant son environnement global.

    Il y a une quinzaine d’années, le Piment, comme beaucoup d’autres associations d’éducation permanente, a commencé à investir dans le champ de l’insertion socioprofessionnelle.

    Dès le départ, les responsables de l’ASBL ont veillé à faire en sorte que le concept d’éducation permanente reste présent au sein des actions de formation professionnelle.

    Nous continuons dans ce sens en mettant en évidence l’intérêt d’articuler les deux approches.

    La (re)mobilisation par laquelle un participant sort d’un rôle passif et devient conscient des mécanismes qui influencent sa situation socio-économique, pour passer ensuite à leur analyse et finalement décider de s’engager dans une action allant vers le changement social, nous semble fondamentale dans un processus de libération sociale.

  • Nos objectifs

    Globalement nous visons donc à :

    – Promouvoir la confiance en soi et permettre le développement de chaque participant ;

    – Amener tous les participants à s’approprier des savoirs et acquérir des compétences qui les rendent aptes à apprendre toute leur vie et à occuper une place active dans la vie économique, sociale et culturelle ;

    – Préparer tous les participants à être ou à devenir des citoyens responsables, capables de contribuer au développement d’une société démocratique, solidaire, pluraliste et ouverte aux autres cultures ;

    – Assurer à tous les participants des chances égales d’émancipation sociale.

    Notre projet entend poser les bases, les jalons pour que ceux qui n’ont plus ou n’ont pas la parole puissent s’approprier les outils d’analyse nécessaires à l’exercice de la citoyenneté active et critique.

    Il s’agit de permettre aux personnes de s’approprier leur environnement, de comprendre les enjeux, de critiquer les options sociétales élaborées par les pouvoirs et d’apporter leur pierre à la construction de la société.

    Le Piment cherche à créer de nouvelles pratiques collectives, à expérimenter de nouvelles approches pédagogiques afin de se positionner face aux défis de la nouvelle société.

    Ce qui nous importe c’est de rendre possible la participation individuelle et collective à la vie en société.

Présentation de l’équipe

fleche

Abdel Bouali – Adrien Lenoble – Anita Somers – Annick Wuestenberg – Badredine Errahmouni – Carmen Blanquez – Conchita Maya – David Cordier – Hakim Djalali – Hanan El Yahyaoui – Khadija Oumach – Laurette Deroux – Leila Ben Mohamed – Leila Sbai – Marco Campagna – Marilyn Bocken – Mary Lopez – Michèle Van Cutsem – Ousmane N’Diaye – Patricia Van den Bosch – Pili Alvarez – Sarah Kout – Simon Jeanmart – Sylvie Guyaux – Tatiana Dupont – Touraya Mecharek – Véronique Froment